Frank O.Gehry, Scrapbooking et le AGO!

Monsieur T ayant eu un peu de compassion pour maman @ home, j’ai eu droit à une journée « off » dernièrement, c’est-à-dire sans enfants donc libre d’aller où je veux, quand je veux et à mon rythme.

Ataboy! Par youcé que je commence?  😉

J’ai hésité pas mal entre la catégorie « soins corporels » ou « tourisme »…et puis finalement j’ai opté pour aller downtown à la  Artistic Gallery of Ontario (AGO) ou le Musée des beaux-arts de l’Ontario. Ça fait un peu « raisonnable » comme choix, mais honnêtement je n’ai pas regretté ma petite virée en ville!

Cette fois-ci pour m’y rendre, j’ai pensé aux autoroutes fermées…on devient moins touriste quand même hein! J’ai donc opté pour suivre une des artères vivantes de Toronto soit Bloor Street. Je me suis dit que je pourrais repérer les endroits intéressants à faire à pied éventuellement. J’ai fait la même chose au retour, en suivant Queen Street. Ce fut plus long évidemment avec toutes les lumières, mais je considère que c’était bon investissement! Il y avait effectivement plusieurs endroits qui m’ont donné le goût d’y revenir, poussette au bout du bras 😉

Le AGO est situé juste à la porte de China Town sur Dundas. Le China Town sera probablement aussi pour moi une prochaine destination, question de me rappeler un peu mes voyages en Chine. Évidemment, on n’y est pas mais je peux quand même vous dire que pendant l’instant d’une seconde, dans ma voiture lorsque je traversais le coeur de China Town, j’ai cru un peu y être… un peu 😉 Avec toutes ces affiches, annonces, ces magasins cordés un sur l’autre, la quantité de piétons, les étals des épiceries sur le trottoir, il ne me manquait que l’odeur! :p

Ce qu’il faut savoir, c’est que j’étais autant attiré, sinon plus, par le bâtiment du musée que par les expositions…je m’explique: le bâtiment a été l’objet d’une rénovation importante en 2008 et ce fut réalisé par Frank Owen Gehry, communément appelé Frank O.Gehry. J’ai toujours trouvé son architecture impressionnante (c’est le moins que l’on puisse dire!). C’est donc avec intérêt que je suis allée visiter le musée, rénové par un architecte de renommée mondial, natif de Toronto en plus, avec l’espoir de pouvoir prendre quelques photos. Mon voeux fut exaucé! Avec la pression du public, le musée a autorisé la prise de photos en certains endroits. Voici quelques-unes des photos (j’en ai pris pas mal…! et pour ceux qui se demandent, oui oui je prévois faire des albums Zenfolio…à venir bientôt, j’espère!!!). Le mariage entre le bois laminé et les matériaux anciens du bâtiment, entre le modernisme et l’antique…tout simplement WOW. J’ai adoré. La Galleria Italia était un espace tout simplement sublime…on aurait eu envie de s’installer un loft là-dedans! Voici quelques-unes de mes photos:

Le Walker Court

.

.

.

.

La Galleria Italia

.

.

.

Et ici différentes perspectives de ces magnifiques escaliers!

.

Il y a aussi 3 endroits dans le musée pour se nourrir…il y a le FRANK, restaurant où il semble être difficile d’avoir une table, servi par la chef Anne Yarymowich, le AGO Café au niveau inférieur, où je me suis pris une petite salade, un thé glacé et un macaron aux fraises pour dessert 🙂 et le Espresso Bar au 5e étage.

Pour ce qui est des expositions, on passe de l’art Africain à l’art Inuit, de la sculpture à la photo, des peintres du 17e siècle aux contemporains des années ’60 . Ce qui a piqué ma curiosité et était vraiment nouveau pour moi,  fut l’exposition « Playing with pictures: The art of Victorian Photocollage« . Je pense avoir vu l’ancêtre du scrapbooking !!!  Il y avait une 40aine d’albums provenant d’Europe, d’Australie et des États-Unis, réalisés par des femmes éduquées des années 1860 et 1870. Certains montages étaient assez cocaces! On pouvait voir que certaines dames se payaient la tête de leurs maris…ou de leur famille entière héhéhé.

Photo: site web de l‘AGO

Photo: site web de l‘AGO

Photo: site web de l‘AGO

Photo: Eye Weekly

Et aussi l’ancêtre de la carte d’affaires! Il s’agirait en fait que pendant cette période, un photographe nommé André Adolphe Eugène Disdéri a inventé une façon d’avoir 6 photos sur une même plaque (un peu comme une planche contact en photo). Cette méthode, qui donnait des photos de 6cm x 10cm, permettait de faire des photos à moindre coût. D’où le fait qu’on les retrouve découpées en photomontage. L’engouement aurait totalement explosé lorsque des gens comme Napoléon III et la reine Victoria ont commandé leur portrait, qu’ils donnaient ensuite comme « cartes de visites ». Au dos ils inscrivaient un petit mot, ou leurs coordonnées. On trouve encore de nos jours des gens qui sur leurs cartes d’affaires impriment leur photo…alors voilà pour la petite histoire!

Photo: site web de l‘AGO

Maintenant que j’y repense et que je sens les raideurs de mon corps (déplacer bébé partout te donne un tour de rein c’est pas trop long…), il me semble que de combiner le AGO ET une séance de massage aurait été THE BEST 😉

Je me reprendrai pour les soins corporels…

Publicités

2 réponses à “Frank O.Gehry, Scrapbooking et le AGO!

  1. Je ne t’ai pas fait de commentaires à propos de ton couvre-couette? Ça me surprend. Je le trouve très bien, une belle réussite. Est-ce que tu savais que tu es la descendante de fameuses couturières? Ton arrière grand-mère était une couturière hors-paire : elle m’a confectionné un manteau en simili castor, des robes à nids d’abeilles, etc. Ta grand-mère a confectionné bien des robes, entre autre pour ma tante, femme de médecin, qui passaient pour des robes griffées. Rien de moins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s