La communauté

Eh ben! Il aura bien fallu partir de chez nous pour développer le sentiment de communauté…!
Pour ceux qui nous connaissent bien, vous savez que nous n’avons jamais été tellement des voisins disons…exemplaires? héhéhé 😉
J’entends des commentaires d’ici hahaha!

En fait on n’avait tout simplement pas tellement d’affinités avec notre voisinage je crois, on avait une vie déjà super remplie et en plus nous avons toujours eu une nature indépendante. La preuve, on est parti, right?

Dans les découvertes que nous faisons, nous apprenons à voir les différences culturelles qui existent entre le Québec et l’Ontario. Rien de bien majeur, vous vous en doutez. Mais il y en a! Et le plus frappant, en tout cas ce qui nous influence le plus (moi plus particulièrement) est le rapprochement entre les gens et l’engagement dans la communauté.

Dernièrement je parlais à une amie, qui a le double de mon âge et le double sinon le triple de mon expérience. Elle est allée vivre ailleurs, elle s’est déracinée. Elle m’a dit: « tu verras, tu vas développer des côtés de ta personnalité que tu n’aurais probablement pas connu si tu étais restée à Québec ». Je vois déjà qu’elle a raison. Preuve #1: j’assiste au conseil de l’école et je fais partie du comité de levées de fonds pour l’école de mon plus vieux.
….
Ouaip mesdames et messieurs! Vrai comme j’suis là! J’vous laisse le temps d’avaler ça.
….
Je sais! Moi qui avais manqué faire une attaque d’apoplexie en assitant à un conseil municipal à Cap-Rouge! Moi qui m’étais dit: « PU jamais je ne vais m’impliquer dans ces patantes publiques, NEVER! ».
….
Gné héhé, faut jamais dire jamais  😀

Ok ok, il y a quand même toute sorte de gens ici, particulièrement parce que la population de Milton est multi-culturelle, ou plutôt, principalement constituée d’immigrants, point à la ligne* (Milton était considérée la ville connaissant la plus grande croissance au Canada). J’veux dire, ici aussi il y a des gens qui s’en balancent comme l’an 40 du sentiment de communauté. Du monde croche, il y en a ici aussi. Mais je suis impressionnée de voir comment en général la communauté est importante, comment donner son temps pour les autres, pour une cause, pour les écoles, pour nos enfants, alouette,  est un aspect important de la vie publique, disons-le comme ça.

*Quelques chiffres sur Milton:

  • Était considérée il y a 2 ans, et probablement encore à ce jour, comme la communauté en plus forte croissance au Canada. Entre 2001 et 2001, la ville a connu une croissance de 76% et probablement autant sinon plus entre 2006 et 2010. En 2006 la population était de 54000. Elle est estimée à proche de 100000 aujourd’hui.
  • L’âge médian en 2006 était de 34 ans. Il ne doit pas avoir changé tellement. Les gens qui s’installent ici recherchent un environnement sécuritaire et familial. (Ça sera beau à l’halloween dans les rues, je vous le dis!!!)
  • Il n’y a pas d’industrie particulière. Les gens travaillent dans différents secteurs, à part plus ou moins égale et ce qui ressort est qu’à 21% les gens travaillent dans le service aux entreprises, à 14% au manufacturier et le marché de détail à 10%. L’agriculture ne compte plus que pour 3% (les champs sont en train de disparaître au fur et à mesure que les maisons poussent comme des champignons).
  • Les gens se déplacent à 95% en voiture.
  • Les habitants ne parlant que le français étaient de .1%…et qui ne parlent ni anglais ni français constituaient en 2006 1% de la population.
  • 79% des couples avec enfants sont mariés, 11% en union de fait.  Ouais, on fait partie du 11%. Inconcevable d’ailleurs pour nos voisins américains…!
  • Le salaire familial moyen en 2005 était de $90000.
  • La taille des familles est en moyenne de 3.1

Je connais ici en 6 mois 5 fois plus de voisins que j’en connaissais à Québec, dans les 8 ans que nous avons habité dans la même maison.  C’est vrai que j’ai plus de temps et que le fait que mon plus vieux prend l’autobus le matin, ça engage à socialiser un tantinet, mais par-dessus tout, je le concède: c’est mon attitude qui a changée. Nous sommes arrivés ici et nous ne connaissions pas un chat. Et moi j’ai passé l’été en vrai congé de maternité avec un enfant de 4 ans en réaction à son nouvel environnement. Ouais, un nouveau style de vie vous dîtes? BIG TIME.  Alors ma perspective sur la vie s’est modulée un peu. C’était, c’est, comme partir à zéro ou commencer un projet à partir d’une page blanche. Ça prend la direction que tu veux bien lui donner j’imagine.

Je ne vous dis pas que tous les voisins sont nos amis, mais je suis certaine que ce sont tous des gens sur qui je peux compter et je me sentirais 100% à l’aise d’aller frapper à leur porte n’importe quand même si c’est juste parce qu’il me manque un peu de sel. Quand on est arrivé, les premières femmes que j’ai rencontrées étaient les mamans qui assistaient au  cours de piscine de mon plus vieux. La toute première qui m’a ouvert les bras était Madame D. Pendant l’été je ne l’ai pas croisée mais voilà que sa fille va à la même école que mon plus vieux. Lorsqu’elle m’a revue, elle était sincèrement contente et voulait savoir comment notre intégration avait évoluée. Je voyais que ça lui tenait à coeur. Il y a eu Madame J aussi, une montréalaise immigrée il y a 20 ans, croisée à l’épicerie et qui par gentillesse, s’était mis à s’informer de nous et m’avait laissé son numéro de téléphone, par sympathie, juste au cas où j’avais envie d’aller me jeter en bas du pont; et puis Madame L, croisée à la piscine aussi qui m’avait laissé son numéro; et puis les voisins proches qui sont gentils et serviables. Et maintenant il y a les mamans et les papas des enfants qui prennent le même bus scolaire que mon plus vieux.
Donc bref, les gens ont le sens de l’entraide bien développé.

Pour le moment, moi et Monsieur T constatons cependant que ça reste en superficie. Hum…disons que tout le monde est bien placoteux et serviables, mais on se sent loin du petit cosmo, tsé veux dire? Je pense qu’on a le sang bien français nous…une fois qu’on a sympathisé avec des gens, allez hop qu’on se fasse un 5à7 ou un souper sympathique non? Well ici…ça semble pas! C’est un peu plus froid quoi. À ce jour, les portes de maison qui se sont ouvertes c’était pour laisser entrer jouer mon fils 😉

Ceci dit, nous avons des nouveaux voisins depuis 1 semaine. Des américains de la Caroline du Sud qui ont eux aussi loué leur maison, juste à côté de la nôtre. Quand on a des voisins super proches comme ici, on souhaite bien tomber, tsé veux dire?

Eh ben faut croire qu’on était dû, devinez quoi? Un couple dans nos âges avec un petit garçon, ami L, de seulement 5 mois plus vieux que notre garçon. Ces 2 petits bonhommes ne peuvent pas se lâcher d’une semelle depuis qu’ils se sont rencontrés la première fois!!! On a l’impression d’avoir une grande maison avec 2 sections. On songe à leur faire un tunnel dans le sous-sol haha! Sans blague, les enfants traversent aller-retour et nous, parents, ça nous prend tout pour les séparer et leur dire que dans 12 heures ils vont se revoir à l’arrêt de bus….pfffiou!

N’empêche, c’est beau de les voir aller….:D Mon coeur de maman va beaucoup mieux de voir mon plus vieux heureux.

Publicités

4 réponses à “La communauté

  1. ha ha! la fille de sa mère se réveille. Comité d’école, la bibliothèque, les sorties scolaires, tu te rapelles? Et oui, c’était pour les même raisons que toi.
    Pour ce qui est des statistiques de mariage, avec les voeux que j’ai fait à Thomas samedi, la pression sociale, etc… faut-il réserver le chapiteau et les toilettes chimiques?

    • Haha, oui je me rappelle certainement! Pour les voeux d’engagement à la vie à la mort, ça peut encore attendre. On peut résister à la pression encore…si jamais on passe du côté Américain par contre, ce sera une autre histoire.

  2. J’ai justement parlé de ce sujet là il n’y a pas si longtemps avec des amis (et on en a sûrement déjà parlé avec vous!). À mon avis, au Québec, il existe une dualité. D’un côté, l’entregens naturel, le côté sympathique que tous les touristes qui viennent au Québec apprécient. La caissière du magasin qui te sourie et te demande comment ça va, le serveur au resto qui prend le temps de jaser avec toi. Les gens n’en reviennent pas quand ils nous visitent.

    De l’autre côté, il y a l’individualisme de chacun dans sa petite vie de tous les jours. Comme tu dis, l’esprit de communauté, ça n’existe tout simplement pas. Ça nous en a pris du temps avant de connaître le nom de nos voisins! Et encore aujourd’hui, certains ne daignent pas nous saluer même quand on les regarde dans les yeux et qu’on fait exiprès pour se mettre dans leur chemin. C’est pas la veille que j’irai chercher une tasse de sucre chez le voisin!

    Les Québécois, on a le côté chaleureux latin mais on hésite à se regrouper, à partager un esprit commun, j’irais même jusqu’à parler de fierté commune (et je ne parle pas de souveraineté ici). Je me suis déjà demandée si ça n’avait pas un certain lien avec notre côté athée car il faut être franc, aux États-Unis et au Canada anglais, c’est souvent l’Église ou la religion qui regroupe et garde les gens proches (vous devez d’ailleurs un peu taire le fait que vous n’êtes pas mariés, c’est plus simple hein?). Bien sûr, ce n’est pas la religion qui vous lie à vos voisins de Milton, mais quand même, je crois bien que vos voisins on simplement adopté, comme vous, cette attitude de solidarité.

    Par contre, comme tu le dis, de là à dire, on se fait un souper… on dirait qu’une amitié profonde est plus difficile à se faire, mais il faut provoquer les occasions! Vos nouveaux voisins semblent avoir du potentiel? Invitez-les pendant que vous regardez les enfants jouer! 🙂

    En tout cas, bravo de t’impliquer, je suis sûre que tu en tireras beaucoup personnellement en plus de rencontrer plein de nouveau monde!

    • Je commence à remarquer que sur certains aspects de la vie, les Québécois se sont vraiment affranchis alors qu’ici, le « carcan » religieux ou simplement culturel demeure. Alors oui, effectivement, je crois aussi que l’aspect de la religion module beaucoup les comportements.
      Ici, il y a des gens de mon âge qui vont encore à l’église. Beaucoup moins que la génération précédante mais tout de même. Des églises catholiques publiques, il y en a plusieurs, bien remplie de jeunes. Nos voisins américains ont sur leur liste de tâches de se trouver une église d’ailleurs. Ça fait partie de la vie, on ne doit pas remettre ça en question.
      Et mis à part mon voisin qui a pensé pendant 5 minutes que je le niaisais quand il a su que je n’étais pas mariée, je parle souvent de « mon mari » pour éviter les sourcils qui se lèvent.

      D’ailleurs, le Ô Canada qui est chanté tous les matins, ça fait rire, mais pensez-y! Ça en dit long…

      Même que, curieusement, je me vois auprès d’eux comme une fille ricaneuse et libertaine, c’est fou hein? Et côté fashion, on peut faire des parallèles similaires! Je n’ai pas tellement changé mon style, mais ici je détonne un peu et d’ailleurs, ça fait plus d’une fois que je me fais dire: « ah vous autres, les québécoises, vous avez tellement du sytle! ».

      Ils devraient boire plus de vin, ou peut-être que je devrais leur partager ma Cosmo/Nalgène? 🙂

      Enfin…le sujet n’est pas vidé, il y a là matière intéressante à échanger!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s